L’introduction d’une alimentation bio

récolte courges régie

Sachons apprécier la différence entre une boîte de légumes quatre-quarts et la découverte sur site de produits offerts généreusement par une nature respectée !

Pourquoi manger 100% bio ? Si le Plan national nutrition santé (PNNS) répond aux problématiques de santé publique en termes d’équilibre alimentaire, il ne dit rien de la qualité des produits servis. Plus de fruits et légumes, des céréales plus complètes, c’est bien, mais s’ils ne sont pas bio, ce sont plus de pesticides absorbés. C’est donc logiquement que les élus de Mouans-Sartoux ont voulu aller jusqu’au bout du respect de la santé des enfants qui déjeunent chaque jour.
Les recommandations du Grenelle de l’Environnement adopté en 2008 prévoyaient d’atteindre en France l’objectif de 20% de bio dans les assiettes en 2012. On est à ce jour en 2015 à moins de 3% d’introduction effective de denrées bio en restauration collective (2,7% en 2014, chiffres Agence Bio). À Mouans-Sartoux, en introduisant le bio et le local à table, il a paru naturel de viser le 100% bio. Il semblait d’une part curieux d’imaginer de faire cohabiter des aliments bio avec des aliments conventionnels: quitte à manger bio, autant manger intégralement, sinon on entre dans une dualité pernicieuse où on laisse entrer les pesticides dans les assiettes avec des conséquences reconnues sur la santé. Inversement, il est démontré que l’agriculture biologique est la seule qui respecte les sols, qu’au niveau économique elle confère généralement -mais pas toujours- un niveau de vie plus décent au producteur. Enfin elle est, sur le plan humain, le départ d’une aventure passionnante qui permet de se préoccuper de la santé des convives, de relocaliser la production, de créer du lien entre les acteurs du champ à l’assiette et de valoriser l’ensemble des acteurs individuels et des métiers.
À Mouans-Sartoux, l’introduction du bio a été échelonnée. Elle démarre en 1999 avec l’achat de bœuf bio à la suite de la crise de la vache folle. La part du bio s’élève alors à seulement 4%. Puis le seuil a évolué chaque année: 9,6% en 2008, 23% en 2009, 50% en 2010, 73,6% en janvier 2011 et… 100% de bio depuis 1er janvier 2012.

    De 9,6% en 2008, l'alimentation est passée au 100% bio depuis le 1er janvier 2012.

De 9,6% en 2008, l’alimentation est passée au 100% bio depuis le 1er janvier 2012.

Envoyer un commentaire

  

  

  

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>